Héritières de Mère Marie de la Croix, notre fondatrice

« Le propre de la Pieuse Union des Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur est la participation à la grâce de Marie offrant à Dieu le Père sont Fils en s'offrant elle-même avec Jésus pour l'accomplissement du dessein rédempteur, dessein dont Siméon lui révèle qu'il s'accomplirait dans la souffrance, à laquelle elle aurait part en son cœur transpercé.  »

 

Mère Marie de la Croix, Juin 1970.



Marie Nault, en religion Mère Marie de la Croix est née le 21 avril 1901, à Saint-Aignan sur Roë, en Mayenne, petit village situé dans le Craonnais, au point de rencontre des départements de la Mayenne, de l'Ille-et-Vilaine, de la Loire-Atlantique et du Maine et Loire.

 

Figure humble que ne voulait pas se donner en spectacle aux curieux indiscrets. Mère Marie de la Croix,  profondément marquée par ses origines rurales au sein d'une famille profondément chrétienne, est une contemplative et une mystique qui vécut son nom jusque dans sa chair puisque les signes de la Passion se sont imprimés dans son corps dès 1933 l'année du Jubilé de la Rédemption. Elle a offert sa prière pour le sacerdoce et pour les fondations qu'elle a suscitées.

 

Bien qu'elle ait songé très tôt à la vie religieuse, elle a dû surmonter bien des empêchements. Défauts de santé ; manque d'argent pour fournir la dot exigée à l'époque par les monastères auxquels elle aspirait, hésitation à rester au couvent de l'Immaculée Conception à Lourdes où elle finit par aboutir en 1931. Les années passées à Lourdes auront constitué un long noviciat à son œuvre future.

En 1939 : une petite communauté prend naissance autour d'elle à Toulouse avec l'approbation du Cardinal Saliège qui accorde à la fondation, en 1954, le statut d'Association de fidèles.

 

 

En 1963 : Mère Marie de la Croix ouvre une communauté à Castelnau d'Estretefonds (Haute Garonne).

 

 

En 1965 : une communauté est fondée à Saint-Aignan sur Roë puis en 1968 une autre à Arquenay (Mayenne) et une à Lagardelle-sur-Lère (Haute-Garonne).

 

 

En 1969 : la Maison-Mère, de Toulouse, est transférée à Saint-Aignan sur Roë à la suite d'un état de santé qui ne permet plus à Mère Marie de la Croix de revenir à Toulouse. Son état de santé s'était dégradé suite à un accident survenu lors d'un de ses séjours en Mayenne.

 

D'août 1969 à 1975 : Mère Marie de la Croix qui désire une prochaine reconnaissance de la Pieuse Union en congrégation religieuse vit une véritable épreuve de la Croix. A la suite d'incompréhensions, il lui est proposé de rejoindre une communauté de droit pontifical mais au détriment du charisme de l'oeuvre qu'elle porte. Elle refuse. En août 1975, la congrégation romaine pour les Religieux et les Instituts Séculiers confie au Père Pie Regamey op. la mission d'aider les Petites Soeurs de Marie. C'est lui qui va actualiser le charisme des Petites Soeurs de Marie, Mère du Rédempteur selon les instructions du Concile Vatican II.

 

 

Le 14 septembre 1989 : Monseigneur Louis-Marie Billé, alors Evêque de Laval, érige en «Institut de vie consacrée» la Congrégation fondée par Mère Marie de la Croix.

 

Le 9 avril 1999 : Mère Marie de la Croix est rappelée à Dieu, à la Maison Mère de la Congrégation, à Saint-Aignan sur Roë, où elle a passé les trente dernières anées de sa vie.

 


.

.